Le bon usage des médicaments

Des réactions différentes

L'effet d'un médicament sur votre organisme est lié aux protéines plasmatiques et tissulaires. Or, en raison des modifications physiologiques qui se créent en vous, leur taux change, provoquant ainsi un effet autre que celui escompté. La grossesse aurait tendance à augmenter l'efficacité de certains produits. En revanche, en fin de grossesse, le pouvoir curatif d'un médicament peut être atténué sous l'effet de l'augmentation du débit sanguin rénal (de 50 % plus important,) qui favorise son élimination.

Le filtre du placenta En ce qui concerne l'enfant, le mécanisme d'absorption du médicament est lié au rôle du placenta. Si le médicament pris à bon escient n'est pas réellement dangereux pour la mère, il peut l'être dans certains cas pour le fœtus. En effet, le placenta laisse passer la plupart des molécules médicamenteuses. C'est d'autant plus vrai en fin de grossesse, lorsqu'il devient un peu plus mince. Le produit toxique se trouvant dans le sang fœtal atteint très rapidement le système nerveux central en raison du système circulatoire très particulier de l'embryon. De plus, ce dernier n'a pas encore le pouvoir d'éliminer les toxiques : les enzymes qui chez l'adulte dégradent, métabolisent et éliminent le médicament ne sont pas encore assez nombreuses ni assez efficaces pour assurer cette fonction. On estime que 4 à 5 % des malformations constatées à la naissance, ou dans les deux premières années de croissance de l'enfant, sont dues à l'absorption de médicaments ou de toxiques. La toxicité des médicaments est liée à la durée du traitement et à sa périodicité au cours de la grossesse. Avant l'implantation de l'œuf dans la paroi utérine, il semble que les risques de malformation soient faibles. L'œuf est alors éliminé au cours d'une fausse couche.