Choisir son prénom

C'EST LE PLUS SOUVENT AU COURS DE LA GROSSESSE QUE SE FAIT LE CHOIX DU PRÉNOM.

La révélation du sexe du futur bébé par l'échographie facilite bien les choses. Si votre décision n'est pas encore prise, il est grand temps de le faire, vous n'avez plus que trois jours après sa naissance pour vous déterminer.

Le résultat d'une projection:

Pour le Pr Bertrand Cramer, psychiatre suisse spécialiste de l'étude des nourrissons et de la communication précoce mère-enfant, toutes les projections que les parents font sur leur nouveau-né viennent de leur vécu, de leur histoire familiale.

Le désir est. avant tout, un besoin de retrouver ceux qui nous ont précédés, une recherche de ceux que l'on a perdus. Ce bébé arrive chargé du passé de celui qu'il a pour fonction de remplacer. Ce sont toutes ces projections qui le rendent familier et qui expliquent l'attachement qu'ils éprouvent pour lui. Cet attachement va commencer par l'attribution du prénom, une façon de transmettre aussi une partie des projets faits autour de l'enfant imaginé au cours de la grossesse.

Entre hier et aujourd'hui:

Mises à part les familles dans lesquelles on se transmet les mêmes prénoms de génération en génération, l'usage veut souvent que le nouveau-né porte ceux de ses grands-parents ou de ses arrière-grands-parents. D'une génération à l'autre, tes prénoms ont été transmis, exportés avec les familles, les cultures et les modes de vie. Certains ont disparu, tels Placide et Marguerite, d'autres renaissent, tels Paul, Marie et Charles. Pour les sociologues, la vogue de certains prénoms repose sur leur sonorité, les feuilletons et les films américains apportant jusque-là aussi leur influence. Mais les psychanalystes pensent différemment. Pour eux, le prénom à la mode est un moyen de banaliser, de se défendre d'un désir parental. Le prénom est. en réalité, un indice sur l'histoire d'une famille. Parfois, il cache le nom d'un ancêtre valeureux, d'un héros admiré, du premier amour du père ou de la mère. Analyser le choix du prénom est un jeu amusant... et parfois même source de scènes de ménage.

Un engagement délicat:

A consulter les registres de l'état civil et les documents du tribunal, force est de constater que l'imagination est sans bornes. Quel qu'il soit, le prénom est un lien symbolique, c'est pratiquement le seul et le premier acte volontaire et obligatoire que l'on a envers son enfant. Il le caractérisera comme un être unique et irremplaçable. Les choix sont innombrables et, aujourd'hui, l'officier d'état civil doit faire de telles démarches pour s'opposera un prénom qu'il n'exerce plus aucune censure. Prenez toutefois quelques précautions : pensez à votre bébé, obligé de porter ce prénom toute sa vie. D'une façon générale, sont à proscrire tout à la fois le prénom à la mode et la singularité à tout prix. Les modes passent très vite, les prénoms sont attribués pour la vie entière.