Comprendre mieux le langage de bébé

* L'éveil par le bavardage

Pour apprendre à parler, rien ne vaut la conversation. Pour la soutenir, le livre est idéal, et notamment l'imagier pour le tout-petit. Il représente généralement des objets usuels qui peuvent donner lieu à de nombreux commentaires et jeux, lien existe chez de nombreux éditeurs. Cet exercice peut aussi très bien se réaliser à partir d'un simple catalogue de vente par correspondance ou de magazines féminins.

Pourquoi ne pas profiter des voyages en voiture pour jouer avec les mots et enrichir son vocabulaire? Ainsi, on peut proposer aux enfants de nommer tout ce qu'ils voient à travers les vitres. Il est encore possible de jouer avec les synonymes ou les contraires. Mais un véritable échange est fait de questions et de réponses. Interrogez-le sur ce qu'il fait, sur ce qu'il voit ou pense.

Pour être utile, la question doit être ouverte et sa réponse accessible pour un enfant de cet âge : vous devez susciter sa curiosité et non mesurer ses connaissances. Enfin, il se peut qu'il réponde systématiquement toujours la même chose à vos questions, c'est sa façon à lui de vous dire poliment qu'il a ses secrets et qu'il ne tient pas à vous les faire partager.

* L'évolution de sa pensée

Il comprend tout ce qui est concret, tout ce qui se rapporte à sa vie quotidienne. Il aime qu'on lui explique le pourquoi des gestes simples. Il commence à poser des questions et attend des réponses. Il se reconnaît dans le miroir, ses gestes et ses grimaces le prouvent. Face au miroir, tantôt il touche son corps à l'endroit qu'il vient de regarder dans son reflet, tantôt il fait l'inverse.

Il commence par observer les réactions de son corps et de ses membres puis quelques semaines plus tard son visage et sa tête. Mais la question de savoir comment se produit le phénomène de son reflet le conduit encore à retourner le miroir. Après 2 ans, cet objet sera l'occasion de nombreux jeux : l'enfant se tortille, sautille, se touche les cheveux, tire sur ses vêtements.

Il joue avec son image. Certains enfants peuvent se nommer en se regardant ou dire « moi ». Si on lui fait une tache sur le front, il sait la localiser immédiatement dès qu'il l'aperçoit dans la glace. Par contre, il faudra attendre encore un peu pour qu'il se reconnaisse parfaitement sur une photo, mais il identifie sans difficulté ses parents.

C'est l'observation des visages qui le guide, il ne s'intéresse ni aux vêtements ni à tout autre accessoire présent sur l'image.

✓ Cette année est la plus extraordinaire sur le plan du développement de son langage. Son vocabulaire passe de 160 mots à 2 000, il va des mots « valises » aux phrases et, à 3 ans, il dira « je » avec fierté.

✓ C'est encore un parfait imitateur, sur le plan du langage mais aussi des jeux. Il utilise ce que les psychologues appellent « l'imitation différée » : il refait les gestes qu'il a vu faire, il s'en souvient donc. Il exprime ses sentiments et met des mots sur ses pensées. Il se fait poète en les utilisant pour leur symbolisme et leur représentation psychique.

✓ Il fait la différence entre l'utilité du monde et sa conquête. Le temps apparaît dans ses souvenirs, il les organise dans le présent, le passé et le futur.