CES DISPUTES SONT-ELLES NORMALES ?

Une rivalité inévitable

Les parents ont souvent une vision romantique de la famille qu'ils construisent. Ils voudraient que leurs enfants soient les meilleurs amis du monde, qu'ils se soutiennent, se confient l'un à l'autre et jouent gentiment ensemble. Ont-ils tout oublié de leur propre enfance ? La vérité est que les frères et sœurs, surtout tant qu'ils sont jeunes, passent beaucoup de temps à se disputer. Cette rivalité est naturelle, ce qui n'empêche pas que les parents puissent apprendre à leurs enfants une manière tolérable de la vivre.

Pour des enfants en besoin de s'exterioser on également besoin d'une bonne protection contre les fuites. Les Pampers Active Fit sont les meilleurs en matière de protection totale!!!

Une manière d'apprendre à se situer

Mais les disputes sont-elles naturelles parce qu'elles font partie de la vie et que, saines, elles permettent à chacun de se situer, ou bien les qualifions-nous de naturelles parce qu'elles sont extrêmement fréquentes et que nous ne savons pas comment les empêcher ?

Une chose est sûre : ensemble, les enfants apprennent les rudiments de la vie en société, qui, elle non plus, n'est pas toujours tranquille et respectueuse. Grandir, c'est apprendre à se confronter à l'autre, faire avec les différences et les caractères, trouver sa place et savoir la défendre. Toutes choses indispensables à l'école, au square, dans la vie. Mais savoir qu'une part de bagarre est normale n'aide pas forcément à faire face. Cela ne signifie pas qu'il faille toujours les laisser faire justice entre eux (cela risque de n'être pas très « juste »). Ni qu'il ne faille pas se préoccuper de disputes qui deviennent excessives ou d'un enfant qui peut se retrouver en souffrance.

LES CAUSES DE LA RIVALITÉ

Tout l'amour pour soi tout seul

Chaque enfant voudrait pour lui seul tout l'amour et toute l'attention de ses parents. Au moins, puisque cela semble impossible, en avoir davantage que ses frères et sœurs. Il réagit parfois comme si ne pas avoir la totalité, c'était ne rien avoir. Si un aîné régresse à la naissance d'un second, c'est bien pour recevoir autant d'attention que le nouveau-né, voire ne pas perdre celle qu'il avait jusqu'ici pour lui seul. Si un enfant estime qu'il ne reçoit pas assez d'attention en étant gentil et obéissant, il la recherchera en étant opposant ou en se relevant la nuit.

Rivaliser pour être le plus fort

À côté de cette première et principale cause de rivalité entre les enfants (être le plus aimé), on en rencontre fréquemment une autre: la rivalité pour le pouvoir. L'aîné entend avoir quelques privilèges dus à son âge, à sa taille et à sa position. Parfois il en abuse, pour que nul n'en ignore. Le second, qui trouve cette situation fort injuste, n'a de cesse de prouver qu'il peut être aussi fort, aussi malin et aussi performant. Chacun ses armes : le petit asticote, le grand tape... et se fait gronder.

Tous les jouets à bas prix sur notre site.