Du cri au babillage, des syllabes distinctes aux mots bien formés, on peut considérer que tous les sons émis par le bébé sont une forme de langage, une communication qui tend à se structurer pour se transformer en véritable parole.

Vers le 6e mois de vie intra-uterine, Petit Bout entend déjà tous les sons qui parviennent jusqu'à lui : le bruit de votre cœur, vos glouglous digestifs, votre voix (qui se propage dans votre corps comme dans une caisse de résonance), celle des êtres qui vous entourent (et surtout la voix grave de papa), la musique et tout l'environnement sonore dans lequel vous baignez (tout cela lui parvient de manière atténuée, mais tout de même audible).

À la naissance, de nombreux sons lui seront familiers, notamment votre voix, qui aura un grand pouvoir apaisant et rassurant pour lui. Son mode d'expression sera alors celui du cri et des pleurs, mais aussi toute la communication « muette » : gestes, mimiques, etc., qui vous font comprendre ce qu'il souhaite exprimer.

À 2 mois environ, il commence à faire des vocalises, à roucouler... sans aucune maîtrise. Son système vocal (larynx, pharynx, langue, etc.) n'est pas du tout assez développé pour pouvoir émettre un son proche de la parole.

En revanche, l'échange s'installe, notamment avec la mère.

Commence alors la période des premiers « dialogues » :

Bébé : « a a a rreur a reu reur ! »

Maman : « a a a rreur a reu reur ? Mais oui, tu es content ! Comme tu parles bien !! »

Bébé : « a a a rreur a a a a !»

Maman : « Bien sûr, mon chéri, tu as raison ! Moi aussi je suis contente de t'entendre. »

Vers 3 mois, en revanche, bébé va pouvoir maîtriser sa respiration : son anatomie se prépare à la parole. Dès lors, ses sons s'enrichissent et de vraies voyelles apparaissent, bien distinctes. Il découvre son rire et commence à moduler des « discours » qui reprennent l'intonation du langage.

Déjà dès la naissance, quand sa couche est pleine, il emet ses premiers sons de mécontentement.
le nombre de couches Pampers pour nouveau nés journalier peut monter jusqu'à 8 par jour. Un budget conséquent.
Profitez des prix fous à l'année sur notre site comme les couches Pampers - Couches New Baby SensitiveTaille 1 Newborn (2-5-kg) à prix bas. 

À noter :

À cet âge-là, les sons émis sont internationaux ! Tous les enfants du monde prononcent les mêmes, bien que l'on trouve déjà trace de l'accent et des intonations de la langue maternelle.

Autour de 5-6 mois, bébé commence à moduler volontairement son langage, il parvient à utiliser sa langue, qu'il s'amuse à faire claquer, il souffle et fait vibrer ses lèvres, il pousse des cris très aigus, puis chuchote... Enfin, il explore toute la gamme de ses possibilités.

Vers 7 mois, il ajoute des consonnes et forme ainsi de vraies syllabes, répétées à l'infini : « ba ba ba ba », « ma ma ma ma »... (au palmarès des sons les plus fréquents, on trouve les voyelles « a » et « é » et les consonnes « m, n, p, d, k », associées à une grande variété de syllabes.)

Un jour, au milieu de tous ces discours, Amour-de-votre-vie va prononcer pour la première fois ce nom magique : « ma ma ». Votre cœur va bondir, fondre, ou bien exploser ! Dans votre élan de tendresse, vous allez presque oublier que pour lui, cet appel n'était pas encore intentionnel.

En revanche, en voyant votre réaction, il va comprendre que ce qu'il vient de dire a un certain pouvoir : celui d'attirer votre attention et de déclencher votre joie. C'est ainsi qu'il recommencera plusieurs fois jusqu'à parvenir à vous appeler réellement : « maman ».

Les études récentes montrent que ce babillage est un véritable langage : pour énoncer ces « morceaux de mots », c'est l'hémisphère gauche (centre de la parole) qui travaille alors que pour un gazouillis ou un sourire, c'est l'hémisphère droit (centre des émotions) qui est sollicité.

Pendant quelques mois, bébé va explorer toute l'étendue des possibilités offertes par l'association des voyelles et des consonnes qu'il est capable de prononcer. Variant le rythme, l'intonation, il va même enrichir ses essais en doublant par exemple une voyelle (aba, aka). Il va parler tout seul, se laissera charmer par sa propre voix...

À partir de 9 ou 10 mois, le babillage se perfectionne encore, un net progrès et une prise de conscience s'accomplissent : les sons qu'il entend toute la journée sont porteurs de sens, les personnes et les choses ont un nom. Cette découverte va l'inciter à mémoriser les mots, à les comprendre lorsqu'ils sont mis en situation.

Vers la fin de sa première année, il a assimilé une trentaine de mots, qu'il commence à identifier même hors de leur contexte. Il faudra attendre environ jusqu'à 18 mois pour que l'enfant ait acquis une cinquantaine de mots et puisse en restituer quelques-uns. Cette longue période lui permet d'emmagasiner le vocabulaire, de faire le lien entre les choses et leur nom.

Un peu plus tard, vous ne pourrez plus l'arrêter de parler !!!

Parler maman, parler bébé

Naturellement, on module son discours selon la personne à qui l'on parle mais lorsqu'il s'agit d'un enfant, nous redoublons d'efforts. Toutes les mères du monde modifient leur voix et leur vocabulaire pour s'adresser à leur enfant : le rythme est ralenti, les phrases sont courtes, l'intonation exagérée et le tout est accompagné de mimiques très expressives. Ce phénomène est tout à fait normal et va se poursuivre pendant longtemps. Pourtant, il faut savoir poser des limites et ne pas passer du « parler maman » au « parler bébé » qui consiste à se mettre au niveau de Bibounet en croyant l'aider à comprendre.