Une vision approximative

Bien que complètement abouti sur le plan physiologique, son système oculaire n'est pas encore totalement mature. Il distingue parfaitement l'ombre de la lumière (il est d'ailleurs capable de distinguer des intensités très fines). Ensuite, il peut fixer du regard à condition que quelque chose attire son attention : si la sollicitation est forte, il peut même la suivre des yeux en tournant la tête, mais en gardant le regard à l'horizontale. Deux conditions à ce premier « exploit » : que l'objet ou la personne soit placé suffisamment près de son regard et que ce qu'on lui donne à voir soit assez complexe. En effet, les ophtalmologistes ont constaté que. malgré le déplacement conjugué des yeux, un bébé est incapable d'une bonne convergence oculaire. De plus, l'accommodation est très mauvaise. Le système est pratiquement bloqué et ne permettrait une vue nette que pour ce qui serait placé entre 15 et 30 cm de l'œil. Le cristallin est souple, mais les communications nerveuses ne sont pas mûres.

Explorer avant tout

La curiosité des bébés envers ce qui est compliqué et les visages humains est insatiable et correspond à leur besoin inné d'exploration. Ainsi, on s'est aperçu qu'ils préféraient regarder les surfaces rayées à celles unies. À 2 semaines, un bébé fixe l'objet qui se rapproche de son visage, preuve qu'il perçoit la profondeur de l'espace qui l'entoure. À 4 semaines, son regard est capable de fixer quelques secondes un objet attractif, que celui-ci soit proche ou éloigné. Ses progrès vont aller très vite, son attention à regarder dépendant de la complexité de ce qu'il fixe. La poursuite oculaire s'accompagne presque tout de suite d'un déplacement de la tête. En fait, on a pu démontrer que cette poursuite visuelle, dans les six premières semaines, était plutôt constituée d'une suite de réflexes de fixation. Il faut attendre qu'il ait 2 mois pour constater qu'il est capable de poursuivre du regard un objet qui se déplace, anticipant même son mouvement. Il voit alors très nettement son environnement et connaît tous les avantages de la vision binoculaire.

Accommoder peu à peu

Le bébé commence à disposer d'un espace visuel en trois dimensions et tente de saisir un objet compte tenu de sa taille réelle et de son éloigne-ment, sans doute grâce à une « composition » inscrite dans son système nerveux. Il distingue maintenant avec netteté toutes les parties d'un objet, y compris les rugosités des surfaces. Cette connaissance s'affirme dès qu'il peut saisir les objets. Plus l'enfant grandit, plus l'accommodation s'améliore, atteignant son efficacité maximale à 3 mois 112 ; elle est alors supérieure à celle de l'adulte et lui permet de voir des objets situés à 5 cm de ses yeux! Ce n'est pourtant que vers 5 mois que l'enfant visualisera, et il ne percevra l'éloignement que vers 6 mois.

Coordination main-œil

Deux scientifiques français ont découvert que, dès sa naissance, le bébé aurait la capacité de mettre en relation une information tactile et une information visuelle. Leur conclusion s'appuie sur le fait qu'un bébé, lorsqu'il a eu assez longtemps dans les mains un objet, sait le reconnaître ensuite visuellement au milieu d'autres objets. C'est sans doute la base de ce qui va devenir la coordination main-œil. En grandissant, l'enfant commence à coordonner la main et l'œil pour prendre les objets. Puis il acquiert la maîtrise de la main pour saisir l'objet sous la direction de l'œil.

La coordination main-œil est une étape fondamentale. Elle est importante dans le développement de l'intelligence. L'intérêt qu'il porte aux choses minuscules est une phase caractéristique de l'enfant de 5 mois 112 à 8 mois. Il est capable de suivre avec passion l'évolution de billes de 6 mm de diamètre. Le bébé perçoit la différence entre les teintes: on a pu mettre en évidence sa sensibilité en déplaçant devant lui une tache lumineuse colorée sur un fond d'une autre couleur, mais d'une même brillance. Il est d'abord sensible aux couleurs fortes, il différencie celles de base : le bleu, le rouge, le jaune. On peut affirmer que, dès 4 mois, il les reconnaît aussi nettement que l'adulte.

Depuis les premiers échanges entre vous et Lui, ses progrès sont considérables. L'enfant peut maintenant poursuivre et capter les objets. Vers 2 mois, cette poursuite va être parfaitement acquise et va lui permettre de les conquérir. On comprend bien que c'est par la vue que débute la perception de l'espace. À celle-ci s'associent les performances motrices, et notamment la relation main-œil. Le bébé a une attirance particulière pour les objets placés le plus près possible, puis de plus en plus loin. Il commence bien sûr par explorer la proximité : ce qu'il regarde avec le plus de plaisir, c'est le visage de sa mère. Il est à l'affût de toutes les modifications de ses traits et refait ses grimaces. Il arrive même que le bébé nous imite sans que nous nous en apercevions : bon nombre de mimiques particulières sont le reflet pur et simple d'une expression de sa mère ou de son père. Votre imitateur prodigue vous a saisis, captés et reproduits à votre insu. Pour jouer avec la capacité visuelle de votre bébé, maintenez-lui la tête bien en face de vous, parlez-lui, souriez-lui et refaites ses mimiques : ainsi vous constaterez jour après jour son don d'imitation, d'identification et de reproduction.